GéoPlateforme17
La Charente-Maritime offre un bel exemple en matière d'équipement SIG.
Tous les territoires du département en sont dotés depuis 2010, des grandes agglomérations aux communes les plus rurales. Cette dynamique collective, voulue par le Conseil Général de la Charente-Maritime, unit 9 territoires qui fédèrent et alimentent en informations géographiques et en cartographies toutes les communes du département.
Cette infrastructure SIG à l'échelle départementale, complètement décentralisée, est également structurée par un réseau de partenaires historiques qui partagent avec les collectivités leurs informations. Depuis 2010, l'effort de mutualisation se concrétise par la GéoPlateforme17 qui améliore, facilite et sécurise ces échanges et le partage de données publiques entre collectivités et partenaires. Ce portail concerne tout ceux qui sont intéressés par l'information géographique et la connaissance de leur territoire.

En relation étroite avec le Conseil Général de la Charente-Maritime et l'ensemble des partenaires publics actifs dans le domaine des SIG, le Syndicat Informatique de Charente-Maritime anime et met en œuvre une ambitieuse stratégie départementale qui permet de :

- fédérer l’ensemble des partenaires sur des objectifs communs ;
- mutualiser et maîtriser les coûts ;
- développer l’usage des SIG.

Afin d'assurer la réussite de cette démarche départementale, des actions ont été définies et engagées autour de principes clefs comme :

- le partage de données, de méthodes et d'expériences permettant de rendre l'information géographique disponible pour tous ;
- la mutualisation d'achats de données, de moyens, de savoir-faire permettant à chacun de profiter des acquis collectifs ;
- la normalisation des données et des processus d'échanges conformément à la directive européenne INSPIRE.

Avec le souci permanent de diminuer les coûts.

L'équipement des SIG en Charente-Maritime est le fruit d'une politique volontariste impulsée par le Conseil Départemental en 2002, à partir de l'expérience antérieure de l’Île de Ré, premier territoire à mettre en œuvre un dispositif SIG complet en 1999 (intercommunal et communal). Ainsi, le Conseil Départemental a subventionné les autres Pays - exceptée l'agglomération rochelaise déjà équipée - afin qu'ils s'équipent à leur tour, constituant ainsi les premiers partenariats.
Ces Pays sont au nombre de 9 et couvrent tout le département.
Parfois portés par une CDA, une CDC, ils offrent à leurs communes tous les services SIG dont elles ont besoin : données, cartes, analyses, rapports d'études, accompagnements spécifiques...
Autonomes, dotés d'un service SIG, possédant leurs propres capacités de développement et d'innovation, ils constituent la colonne vertébrale des SIG du département et sont désignés « sites fédérateurs ». D'autres partenaires sont également tout aussi incontournables comme le Conseil Départemental, les grands syndicats (Eaux, Voirie, Electrique, Informatique), certains gestionnaires de réseaux comme Enedis et enfin les Services de l’État (DDFIP et DDTM).
D'ores et déjà, tout organisme public ou ayant des missions de services publics peut adhérer au dispositif. Chacun doit pouvoir y trouver son intérêt mais aussi savoir le dépasser pour embrasser une vision collective et un intérêt supérieur. Ce partenariat est formalisé par une convention qui fixe les modalités d'adhésion et de financement. Cette adhésion engage à une participation active entre toutes les parties qui, tout en maintenant leur autonomie, conviennent de travailler en coopération et dans la poursuite d'objectifs communs.

« Décider collectivement de la stratégie et de la politique S.I.G. à mener à l’échelle départementale, et inciter l’ensemble des acteurs à s’y conformer ».

(Extrait de la délibération du Conseil Général de Juin 2011)

Ce texte fondateur a permis de rassembler 16 organismes le 6 octobre 2011 afin de construire une ambition commune autour des SIG et particulièrement l'information géographique.

La politique départementale S.I.G. est ainsi composée de 2 instances informelles sans personnalité morale :

- le Comité Décisionnel,

- le Comité Technique.

Ce sont des lieux d'échanges et de concertation.

Le Comité Décisionnel définit des axes de développement partagé, dans une vision départementale, afin de faire converger les efforts des structures publiques engagées dans l’information géographique en Charente-Maritime. Ces axes prennent la forme de plan d'action annuel. L'un de ses objectifs est de construire un modèle économique pérenne pour les années à venir.

Pour mettre en oeuvre ce plan d'actions, il s'appuie sur son Comité Technique, représenté par les experts SIG et pouvant regrouper des structures intéressées par la politique SIG départementale (pour en savoir plus, rendez-vous dans la rubrique "Devenez Partenaires").

Chacune de ces instances a défini ses propres règles de fonctionnement, ses objectifs et les ont consignés dans 2 documents cadres.

En 2012, une commission « budget S.I.G. » a également été créée afin d'établir une programmation budgétaire pluriannuelle et mener une réflexion globale sur un budget collectif. Elle permet également de travailler sur des thèmes communs, d'étudier les priorités et leurs coûts. L'un des sujets de cette commission est enfin de travailler sur le modèle économique de la politique SIG départementale, son plan de financement, les modalités d'intégration d'un nouveau partenaire. 

 

Synoptique de la gouvernance de la Politique des SIG 17 :

synoptique gouvernance politik sig17

 

Document cadre du Comité Décisionnel SIG 17 :

doc cadre CD

 

 
 S'appuyant sur une plateforme collaborative performante, la Charente-Maritime a mis en place une politique SIG ambitieuse qui permet de :


 - tirer parti de la richesse des nombreuses initiatives S.I.G. de notre département, en les fédérant et en les partageant ;

 - développer au niveau de toute structure des outils compatibles avec ceux des autres ;

 - faire à plusieurs ce qu’il est souvent difficile de faire seul ;

 - profiter de l’expérience des autres et proposer la sienne ;

 - embrasser collectivement l’ensemble des domaines, des plus simples aux plus complexes ;

 - proposer à toutes les collectivités le même niveau et le même accès aux services rendus par les SIG ;

 - s’engager sur des évolutions technologiques, collectivement plus accessibles ;

 - progresser en limitant les risques d’échec et les coûts.