GéoPlateforme17

Suite à un diagnostic identifiant les secteurs dont l'adressage nécessite une amélioration dans notre département, La Poste a initié une collaboration avec des collectivités pour fiabiliser la qualité des adresses.
Depuis 2016, une démarche d'expérimentation concertée s'est mise en place sur le canton des troix Monts dans le sud du département concernant les communes de Saint-Martin de Coux, Saint-Pierre du Palais, La Clotte et Montguyon, en concertation avec la CdC de la Haute Saintonge, Géo17 et le Syndicat de Voirie. Après avoir co-construit la méthode d'accompagnement avant sa généralisation possible aux autres communes de la Haute Saintonge, les quatre communes test ont profité  d'une démarche globale incluant un audit avec des préconisations, un projet de dénomination et de numérotation, des conseils de communication auprès des administrés. Une prestation de la part du Syndicat de Voirie complète l'offre payante de La Poste afin d'installer de nouvelles plaques de voies et de numéros.
Le projet d'adressage touchera à sa fin en janvier 2018 avec la distribution des plaques aux habitants. Côté cartographie, de nouveaux plan d'adressage communaux sont en cours de réalisation incluant des adresses géolocalisées qui devraient être prochainement remis aux institutions concernées en format numérique par La Poste, alimentant ainsi les systèmes d'information locaux et le Service National de l'Adresse.
Affaire à suivre de très près pour accéder à ces nouvelles adresses et mettre à jour vos bases de données !

reunion travail

Créé en 2005 sous l’appellation de « Groupement d’intérêt scientifique d'Histoire maritime», puis refondé en 2014 sur des bases pluridisciplinaires, le GIS-CNRS d'Histoire & Sciences de la Mer a pour vocation l’animation de la recherche maritime. Après l’état des lieux de la recherche en histoire maritime effectué lors du premier congrès de Lorient en 2007, puis l’étude de la maritimisation du monde lors de la seconde édition à Nantes en 2013, le IIIe congrès international du réseau, est placé sous le thème de la « mer et de l'innovation ».

Les activités maritimes et littorales s'exercent dans des conditions particulières de temporalité, de territorialité et de rapport au risque. Elles offrent d’excellents observatoires des chemins que doit suivre l'innovation afin de surmonter des obstacles, franchir des limites, ou dépasser des crises. Ainsi, le champ maritime se prête-t-il à l'étude des conditions de recherche, d'émergence, de mise au point, d'adoption et de diffusion des innovations :

Dans quelles conditions une impasse devient-elle source d'innovation ?Dans quel contexte l'innovation apparaît-elle ? Comment une innovation est-elle adoptée ? Pourquoi certaines innovations ont elles connu un développement limité ?
Ce congrès se propose d'explorer ces questionnements en rapport à la territorialité en mer et sur le littoral ; aux pêches, aux conséquences de la mondialisation, et aux changements environnementaux.

Pour connaître LE PROGRAMME, cliquez sur l'image :

Colloque GIS histoire et sciences de la mer

Pour avoir le plan de locaisatinde la réunion, suivez ce lien LIEU DE COLLOQUE.

PIGMA

 

CAFE-ATELIER PIGMA LE 30 NOVEMBRE SUR L'OPEN DATA
 
PIGMA poursuit son cycle de rencontres à destination des utilisateurs de la plateforme avec pour objectif les usages des données et outils à disposition. Le prochain rendez-vous prend date le jeudi 30 novembre avec pour thématique  l'Open Data !".
 
La Loi pour une République Numérique – dite Lemaire – promulguée le 5 octobre 2016, aborde largement la problématique de l’Open Data en fixant des critères d’obligation d’ouverture et des objectifs ambitieux pour son déploiement.
Avec cette loi, l’administration (ministères, collectivités territoriales, établissements publics…) et les acteurs privés chargés d’une mission de service public sont dorénavant tenus, lorsqu’ils communiquent un document administratif au format électronique, de le mettre à disposition du citoyen « dans un standard ouvert, aisément réutilisable et exploitable par un système de traitement automatisé » avec des mises à jour régulières.
Les informations ainsi obtenues pourront ensuite être réutilisées librement et gratuitement, comme le prévoit le Code des Relations entre le Public et l'Administration (hors cas exceptionnels de redevances). Ce droit de réutilisation permet de faciliter l’appropriation des données par des tiers qui leur donneront un sens à travers la création de services, de découvertes, de nouvelles informations.
« À une date fixée par décret, et au plus tard deux ans après la promulgation de la présente loi », les données devront être mises en ligne, systématiquement.
Autrement dit, ce dispositif doit être opérationnel au plus tard fin 2018.
Actuellement en ex-Aquitaine la plateforme PIGMA, par le biais de son catalogue, référence des données géographiques normées INSPIRE et diffuse des données Open Data/ouvertes répondant aux directives de la loi Lemaire.  
 
Dans le contexte de la Nouvelle Aquitaine la problématique de l'Open Data est multiple :

  • Comment s'organiser pour répondre aux obligations de la loi Lemaire ?
  • Quelles sont les données en Open Data sur le territoire ?
  • Quels sont les usages de ces données ?
  • Comment capitaliser sur la gouvernance de la donnée mutualisée au sein de PIGMA?
  • Vers un service de la donnée ?

 
Pour répondre à cette problématique et analyser les usages liés aux démarches Open Data déjà en place et à venir, un Café-atelier PIGMA aura lieu le jeudi 30 novembre de 9h30 à 12h00 (déjeuner prévu sur place sous forme de panier repas) dans la salle Guyenne Gascogne de la Maison de la Forêt et de l'Agriculture à Bordeaux (tram B arrêt CAPC – Parking Cité Mondiale).

Programme provisoire :

  • Accueil café;
  • Introduction de la problématique Open Data;
  • Contexte réglementaire et législatif national;
  • L'Open Data et les plateformes mutualisées;
  • Mise en œuvre de l'ouverture des données des collectivités territoriales, cas d'usages;
  • Mise en œuvre de l'ouverture des données des entreprises exerçant une délégation de service public, cas d'usages;
  • Exemples d'usages de réutilisation des données en Open Data par la sphère privée;
  • Déjeuner d'échange (panier repas sur place).


Attention le nombre de places est limité merci de vous inscrire dès à présent en suivant ce lien INSCRIPTION 

logo NA

Les collectivités territoriales sont tenues de consulter la Direction de l’Immobilier de l’Etat (D.I.E.) pour connaitre la valeur vénale ou locative d’un bien préalablement de leurs opérations immobilières.
Un arrêté du 5 décembre 2016[1] fixe les nouveaux seuils applicables, à compter du 1er janvier 2017, aux opérations d’acquisitions et de prises en location immobilières des collectivités territoriales et divers organismes. Pour les opérations de vente, le nouveau seuil est fixé à 180 000 euros (au lieu de 75 000 euros).
Dans ce nouveau contexte législatif, les collectivités territoriales vont devoir s’organiser pour répondre à leurs besoins d’évaluation. La donnée Demande de Valeurs foncières (D.V.F.) est une donnée précieuse pour identifier des biens comparables et ainsi fournir des termes de comparaison.
Si l’expertise des opérateurs fonciers est essentielle pour l’évaluation de biens, quelle est la place de D.V.F. dans cette réflexion ? Et comment appréhender cette donnée pour répondre à la problématique de l'évaluation ? Pour répondre à cet enjeu, la Région Nouvelle-Aquitaine et PIGMA vous invitent, dans le cadre du groupe de travail régional données foncières, à une réunion d'échange sur les données D.V.F. (Demande de Valeurs Foncières) :

Rencontre du groupe de travail régional données foncières sur le thème « D.V.F. pour l’évaluation foncière et immobilière »
le jeudi 23 novembre 2017 de 13h30 - 16h30
à la Région Nouvelle-Aquitaine
Hôtel de Région - Salle Montesquieu (n°214, 2ème étage)
14, rue François de Sourdis - 33000 Bordeaux
 
Arrêt de tram A, station « St Bruno-Hôtel de Région)
En raison des mesures de sécurité, merci de vous munir d’une pièce d’identité 

L’ordre du jour vous sera précisé ultérieurement.
Attention nombre de places limitées, vous pouvez, dès à présent, vous inscrire en suivant ce lien: INSCRIPTION

N'hésitez pas à faire suivre ce message aux personnes susceptibles d'être intéressées par le groupe de travail.
Nous vous rappelons que vous pouvez trouver les présentations des précédentes rencontres sur le site de PIGMA : https://www.pigma.org/portail/poles-metiers-donnees-foncieres/groupe-de-travail-pigma-donnees-foncieres


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Gip ATGeRI et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Région Nouvelle-Aquitaine se tiennent à votre disposition.

La Direction Habitat et Logement du Conseil Départemental 17 vient de publier deux études sur les logements.

L'objectif : porter à connaissance des analyses réalisées par ce service pour permettre leur utilisation en vu d'effectuer des états des lieux, de l'observation territoriale ou encore faire de la prospective.

 

Étude sur l’offre, la demande et les attributions de logements sociaux en Charente-Maritime :

Résumé : au 1er janvier 2016, le département de la Charente-Maritime compte 25 861 logements sociaux. Une offre importante qui reste concentrée sur les Communautés d'agglomération avec plus de 85% des logements présents dans ces collectivités territoriales. Cette étude, réalisée grâce aux données de l'Association des Fichiers Partagés de la demande de logement social en Charente-Maritime (AFIPADE) et du Répertoire du Parc Locatif Social (RPLS), permet d'analyser les évolutions de l’offre, de la demande et des attributions de logements sociaux en Charente-Maritime entre 2013 et 2016.

Étude sur l'adéquation des revenus et l'offre de logements en Charente-Maritime :
Résumé : le revenu médian de la Région Nouvelle-Aquitaine se situe à 19 360 € en 2012 et est comparable à celui de la France de province (19 400 €). Le revenu médian en Charente-Maritime est légèrement inférieur (19 144 €). À l’exception de Rochefort, le niveau de vie médian est plus élevé dans les communes du littoral et dans les pôles urbains. Le niveau de vie moyen le plus élevé concerne les ménages dont le référent fiscal est âgé de 60 à 75 ans. Enfin, les ménages les plus modestes sont plus nombreux dans les grands centres urbains (La Rochelle, Saintes et Rochefort) et dans l’intérieur rural du département.

Cliquez sur l'image pour accéder aux deux études sous forme de livret :

ETUDES DHL OCT2017